J’ai craqué, j’ai été passer une journée dans le périmètre 2.0 de Vinisud, le Pavillon.100 m2, 17 ateliers, 25 intervenants, 6 grands entretiens filmés. Un lounge design et détendu pour les VIP du web où les retrouvailles ne se comptent plus. Hall 6, attention à vos cerveaux, les ondes d’iphone et d’androïdes s’entrechoquent. Les blogueurs blaguent sérieusement et on aperçoit quelques caméras.

L’aire du salon 2.0 et bien entamée, déjà l’année dernière l’Access Zone à Londres, le Media Corner à Angers, le salon 2.0 d’iDeal wine au Grand Tasting et aujourd’hui le Pavillon 2.0 à Montpellier. Les vignerons Indépendants y pensent déjà, Vinexpo ne pourra plus y échapper. Avec l’augmentation du nombre d’inscrits sur Twitter, les #hashtags font exploser la toile. #vinisud2012 et #vinisud ont fait un carton avec 250 000 personnes touchées via 2100 tweets.

Ce qu’on aime : avoir un lieu pour se retrouver, la diversité des conférences, l’accessibilité du lieu, l’espace ouvert vers le salon, les prises pour se recharger, les bonbons Haribo sur les tables et le café servi à la demande.

Ce qu’il manque peut-être, un format plus conversationnel, le mode conférence ne fait pas que des adeptes surtout lorsque on veut former et informer sur un outil. Et le vin ! Si la dégustation décalée des Outsiders a fait un carton, c’est sans doute parce qu’avant de venir tweeter, le geek est venu déguster. On pourrait penser à un pôle pour présenter les vins des vignerons hypra-connectés. Enfin un tweetwall en continue pour aider à diffuser les messages.

Au pavillon, l’étudiant expert Vincent Pétré s’exerce à une présentation sur les réseaux sociaux pour les débutants avec la web-journaliste Audrey Domenach. La très intéressante présentation du vigneron Charles Perez sur les réseaux sociaux en Asie mérite d’être retrouvée sur son site Vinisud 2012. On retrouve aussi les Vincods de Vinternet, la présentation des oenotouristes de Mon-vigneron.com, quelques blogueurs et communicants étrangers qui viennent parler de leur expérience comme Ryan et Gabriella Opaz de la EWBC ( qui change de nom : Digital Wine Communication Conference). De l’autre côté, un espace interview pour discuter tout en gardant un oreille attentive sur le conférencier.

Bravo à l’agence Sowine pour l’organisation et la création. Les espace 2.0 sur les salons, on adhère, on coopère.

Et comme on était avant tout là pour déguster, difficile de vous faire un compte rendu complet.
N’hésitez donc pas à ajouter vos commentaires et à jeter un oeil sur la chaîne Youtube de Vinisud et Winepaper.fr.

A très vite

Vicky

Commentaires

commentaires